Crimes de guerre nazis en Agenais. Seconde guerre mondiale en Lot & Garonne

Récit de Jean Pierre BURGER

lundi 24 mars 2008 par Michel Sercan

Résistant et grand ami du lieutenant Alfred STREIFF, toujours à ses côtés au sein de la Brigade ALSACE-LORRAINE, avec certains des camarades de la résistance agenaise dans la 1re armée à la poursuite des Allemands. Ses souvenirs

 Récit de Jean Pierre BURGER, résistant au sein de la Compagnie d’Alfred STREIFF et grand ami de STREIFF

POUR APPORTER MA ( petite ) PIERRE A L’ÉDIFICE DU « COLLECTIF DES ORPHELINS DE SAINT PIERRE DE CLAIRAC » JE FAIS, CI-APRÈS, TOUTEFOIS AVEC UNE MEMOIRE PLUS VIEILLE DE 63 ANS, LE RECIT DE MON ENGAGEMENT DANS LA RESISTANCE A AGEN ET DE MON VÉCU DU DRAME DU CHATEAU de LACLOTTE LE 7 JUIN 1944 :

  • Le 5 Juin 1944, à la tombée de la nuit, mon ami FRED STREIFF, également mon chef au CORPS FRANC POMMIES, entre, très agité, par la fenêtre de ma chambre, 17 cours Victor Hugo à AGEN.

Il me trouve alité par une angine phlegmoneuse (?) avec près de 40° de température et m’informe de la réception du message annonçant le débarquement américain pour le 6 juin !

  • Il organise pour le lendemain, au château de La Clotte, une réunion d’un premier groupe de la compagnie. Constatant mon état il m’interdit formellement de m’y rendre.

Il enverra le lendemain un véhicule pour enlever l’armement camouflé au sous-sol (11 mitraillettes STEN, chacune démontée dans un petit sac de jute, 3 revolvers anglais à barillet et une vingtaine de kilos de balles de 9m/m.)

Fred repart aussitôt..., je ne le reverrai que 17 jours après, dans un très triste état…

Le lendemain arrive une Peugeot 402, conduite par son propriétaire que je connais, ce devait être Paul ESCH.

Nous récupérons les armes, entre plancher du rez-de-chaussée et plafond du sous-sol et les munitions sous une couche de béton au sol.

J’informe Paul ESCH que je serai le lendemain au château.

  • De fait, ce lendemain, mercredi 7 Juin vers midi, je passe outre aux ordres, informe mes parents, fourre la 11e STEN, que je m’étais « affectée », dans une musette kaki, emprunte le vélo de mon amie et prends la route, dans une forme plutôt « vacillante », pour un parcours que je connaissais parfaitement.
  • Bien après BON ENCONTRE, je vois arriver vers moi un homme en pantalon de travail, poussant un vélo, une roue à plat, qui me demande, je m’en souviens comme si c’était hier :
  • « tu vas où mon gars ... »
  • « ………… »
  • « ne va pas trop loin, ça canarde là haut »
  • « où ça ? »
  • « certainement au château de Laclotte, ça doit, barder… »

Ne sachant que faire, je continue néanmoins quelques centaines de mètres mais , aussitôt arrivé près du petit bois , au lieu-dit « Bourisse », je décide de faire demi-tour.

Avisant un petit cours d’eau tout proche, je balance, avec un immense regret, la musette avec MA mitraillette, à l’endroit qui me parait le plus profond du ruisseau.

  • Revenu à AGEN je me rends chez Agnès SCHURCH, espérant trouver des nouvelles de Fred - Elle ne sait rien et me propose de me cacher dans une petite villa, inoccupée, qu’elle possède sur le Coteau d’Agen .

Après 2 ou 3 jours sans sortir, je reprends contact avec André SUBRA (et RIGOUSTE ?) et nous entreprenons les tractations pour la libération de FRED, que j’ignorai aux mains de la Gestapo.

Le 23 août, AGEN libérée et Fred remis, nous rejoignons en car, réquisitionné, notre CORPS FRANC POMMIÈS à GIMONT (Gers) en compagnie de MAUREL, SAJUS, SIVILOTTO, VENTURELLI, JAEGER, COUTURIER, TAVANO, BOUCHER, DUJARDIN, LEVY -

En août, avant notre départ, me rendant « en pèlerinage » à Laclotte, j’essaie de retrouver ma STEN, bien sûr, sans résultat...

J’ai par la suite, eu très longtemps du mal à évacuer ma frustration de n’avoir pu être, dès le 6 Juin, avec mes camarades.

Aujourd’hui, l’âge de la raison adulte, dominant, je réalise que la chance m’a souri car, présent à Laclotte je serais resté, avec certitude, aux côtés d’André MAZEAU comme chargeur, lui et moi étant parmi, les présents du moment, les seuls à connaître parfaitement le maniement d’un fusil-mitrailleur (pas la simple « mitraillette »). Ceci, suite à notre présence jusqu’au 11 novembre 1942, dans l’armée d’Armistice - de notoriété la « pépinière » des futurs maquisards -, où fut dispensé une sévère instruction.

Mais cette CHANCE m’a permis de participer, jusqu’à la fin et jusqu’en Allemagne, à la défaite de l’ennemi, ce à quoi je m’étais engagé dès 1942.

Une grande tristesse toutefois, la perte de mon Ami Fred STREIFF, mort pour la France en sautant sur une mine au MONT SAINT ODILE (Bas-Rhin) le 13 décembre 1944, à peine revenu dans nos provinces d’ALSACE-LORRAINE.

Jean-pierre BURGER

JPEG - 103.7 ko
Jean Pierre BURGER

Je tiens ici, à remercier Monsieur Raymond DARQUIÉ de CASTELCULIER (47) qui, après notre premier contact du 7 juin 2007, aura été déterminant pour me permettre de retrouver Monsieur Jean Pierre BURGER cité dans plusieurs dossiers des archives. Monsieur BURGER, avec qui j’ai pu échanger de multiples et précieuses informations, documents et photos et qui à son tour m’aura permis de retrouver trace de tous les acteurs de Laclotte et notamment les 8 présents au moment de l’attaque du château par les S.S -M.S-.

 Ce qu’il faut aussi savoir

La maman de Jean Pierre, Hélène BURGER infirmière totalement bénévole, a, au péril de sa vie, parfois avec l’aide de Jean Pierre mais surtout la complicité et l’appui de Maurice JACOB « Chef du Service des Réfugiés à AGEN », participé à sauver des enfants juifs.

La MÉDAILLE DES JUSTES POUR LES NATIONS lui fut décernée en 1980. Elle est répertoriée sur le Mur des Justes, Allée des Justes PARIS 4e.

La République Française l’a élevée au grade de Chevalier de l’ordre National du Mérite en 1977, même reconnaissance pour son fils Jean Pierre en 1993.

Retrouvez Hélène BURGER sur le site de l’AJPN pour plus de détails.

Hélène BURGER


Portfolio

Attestation appartenance au FFI Attestation de DARDENNE Attestation de SUBRA Jean Pierre BURGER trois des résistants en Agenais à la brigade Alsace Lorraine

Documents joints

Sce réfugiers 1941

6 octobre 2009
Document : Word
1 Mo

Don JP BURGER 2008


Service des réfugiés à AGEN

6 octobre 2009
Document : Word
2.1 Mo

DON de JP BURGER 2009


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 150276

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Récits des résistants   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.23 + AHUNTSIC

Creative Commons License